Chapitre écrit du tome 2 de mon ouvrage qui est encore en écriture

cimetière johanna barhélémy 2023
Photo personnelle de Sandrine Barthélémy ©

Oui, je me permets de partager un tout petit bout d'un de mes derniers chapitre écrit du tome 2 de DFEDA. Je ne peux pas déposer sa totalité, sinon cela n'aura plus de sens si vous lisez tout maintenant. Mais croyez-moi, vous allez en apprendre des tas de choses, sur le chauffeur, Keolis, la ville ainsi que la métropole... Eux ne peuvent pas parler, moi, je le peux. C'est ma responsabilité de le faire.

De plus ce lien a été aussi envoyé à certains médias de Lyon par mes soins.

 

Mon cinquième Noël sans toi ma fille

 

En ce lundi 25 décembre 2023, c’est bien malheureusement encore de l’attente et un silence qui pèse lourd. J’ai déjà trop attendu, c’est plus une instruction là, mais une mise à mort… La justice doit être là pour faire son travail, mais elle ne le fait pas, en tout cas pas pour mon instruction. Oui, je suis encore désolé de le réécrire, il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles… 5 ans pour un accident de la route où tout est plus que livré sur un plateau ; il serait temps de laisser partir Johanna et de ce fait de me laisser un peu de paix. Il y a quelques semaines, j'ai écris un courrier à l’intention de mon avocat ; oui car là je ne supporte vraiment plus cette attente interminable. La lettre est bien écrite.

Je mets ici juste la fin de cette correspondance, car elle a son importance, tout le monde doit savoir :

" Après l’accident, 6 mois, les élus ont fait dessiner 6 PASSAGES PIÉTONS sur la rue de la république, aveu de leur culpabilité. Les élus ont mis en danger les piétons, n’y la ville de Lyon et n’y la métropole ont pris en considération le statut de cette rue. Oui, la loi 2014 Maptam, qui dit bien en 2015 que c’est bien elle qui met en place les arrêtés de circulation. Ces élus ( ville de Lyon et métropole) seraient épargné de répondre à leurs actes ?"

 

Oui, je me permets de réécrire ici un bout du chapitre écrit dans le tome 1 au sujet de cette rue avec l’article de Sophie Majou.

Priorité aux piétons : Avec ses hauts trottoirs encadrant la chaussée centrale, elle ressemble à s’y méprendre à une rue routière classique. Et pourtant ! Depuis 1975, la rue de la République est bel et bien piétonne, y compris dans la partie Grenette et Joseph Serlin.Tel en a décidé le maire de Lyon, dont le dernier arrêté dated’avril 2011. Conséquence : Les piétons y sont rois. Ils ont donc, sur le papier la priorité sur la rue de la République. Pas très réglo : Dans les aires « piétonnes », les véhicules admis à rouler doivent toutefois le faire « à allure au pas ». Une vie au ralenti alors qu’elle serait plutôt accélérée rue de la République où certains frôlent les 40 km/h. La suppression de l’ancien arrêt TCL « bat d’argent » a sans doute contribué à une accélération de la vitesse des trolleybus. Mais au fait, c’est quoi, « le pas » ? Le Code de la route ne le définit pas. Les autorités tiennent compte d’une vitesse de 3,6 km/h lorsqu’il s’agit d’évaluer la durée d’un feu, pour modéliser la traversée des piétons, même si la vitesse de marche d’un jeune enfant ou d’une personne âgée, se situe, elle, entre 1 et 3 km/h. Pourtant, l’arrêté du maire a prévu une vitesse de 30 km/h sur la voie. Pas très réglo. Contactée à ce sujet, la ville juge l’arrêté « daté » et se retranche derrière une dérogation à allure au pas pour les transports en commun. Quel est donc ce texte dérogatoire ? La ville n’a pas répondu. Mais si les transports en commun peuvent déroger à cette allure de sénateur, selon la mairie centrale, tous les autres véhicules, sont, eux, censés rouler... au pas ! Ce qui n’est pas le cas. En cas d’accident, la ville pourrait se retrouver dans une drôle de situation.

(Article de Sophie Majou, journal Le Progrès.)

Sandrine Barthélémy

©

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.