Le Progrès de Lyon parle de mon livre

Oui ce jour, on parle de mon livre dans Le Progrès de Lyon, enfin les personnes lisant ce journal, ainsi que le chauffeur de bus C3 vont savoir que j'ai écrit un bouquin Peut-être qu'ils atterriront ici dans mon blog :) Il y a quoi à lire !!! Cela devrait en interpeller certains, car on peut y lire le terrible combat que j'ai eu à affronter depuis ce maudit 16 janvier 2019,  pour que justice soit rendue à ma Johanna. Qui est toujours d'actualité à bientôt 5 ans.

Oui, ce lundi 7 août 2023, eh bien l’article de Sophie est paru sur Le Progrès du jour, que dire à part qu’il est vraiment bien écrit et on y lit vraiment les vérités. Peut-être qu'elle va réussir à faire bouger les mentalités. Et surtout que certaines personnes ce jour, je l’espère vont être mal… le chauffeur de bus en premier bien entendu, une piqûre de rappel ne lui fera pas de mal… Car lui à ce jour est libre comme l'air, et n'est pas inquiété par qui que ce soit Pourtant, il a tué... J’espère aussi que certaines personnes auront l’idée de regarder sur le Net au sujet de mon livre. Eh oui, on tombe directement sur mon site et blog, si on tape le titre. Ma voisine ainsi que Sylviane, Jean-Marc, Angela, Odette, Anne-Marie et Hélène m’ont dit leurs ressentis à propos de l’article ; qu’il est bien écrit et qu’il percutait. Va-t-il faire de même auprès des intéressés ??? The big question… Je me permets de disposer un petit bout ici :

Rencontre avec une femme qui continue de vivre « pour voir les responsabilités reconnues ». Cette survivante en mode guerrière en a autant après la justice.

On me dit d’attendre. Mais attendre, quoi ? Que je sois morte ?

 

Lien de l'article ICI

MERCI SOPHIE

une-progres-lyon-7-aout-2023-Sophie-Majou
Photo de Sophie Majou année 2023 ©
article-progres-2023-aout-sophie
Scan écran article de Sophie Majou 2023
Commentaires: 3 (Discussion fermée)
  • #3

    Sandy (mercredi, 09 août 2023 07:34)

    Merci Gabrielle et sylviane pour vos commentaires, cela fait plaisir, car peu ose en écrire, encore de la lâcheté... mais bon j'observe et me tais encore une fois...
    Gabrielle j'ai mis votre citation dans le post "Bientôt 5 ans dans 5 mois..."
    Très belle citation, merci de me l'avoir envoyé, car elle est vraiment vraie.
    J'ai honte d'être française... comme beaucoup d'entres nous, mais personne le dit si ouvertement que moi :)
    Toi qui me lis, lis-moi ce qui suit ....
    Quelles sont les sanctions encourues pour une infraction d’homicide involontaire ?
    Les peines principales de l’infraction d’homicide involontaire :
    Cette peine de 5 ans emprisonnement et 75.000 euros d’amende, comme toutes les peines pénales prévues dans le code pénal, sont des peines « maximum ».
    En clair, il s’agit de la peine la plus sévère que le juge peut prononcer et il est certain, que les magistrats ne prononcent des peines aussi sévères que dans les cas les plus graves (récidive…).
    C’est l’article article 221-6-1 code pénal qui définit et fixe les sanctions.
    Ce même article prévoit des circonstances aggravantes à l’infraction d’homicide involontaire et ne manque pas alors d’aggraver les sanctions.
    En effet, le législateur a prévu qu’en cas de circonstance aggravante (listée ci-après), la peine pour homicide involontaire était portée à 7 ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende lorsque :
    1° Le conducteur a commis une violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence prévue par la loi ou le règlement autre que celles mentionnées ci-après ;
    2° Le conducteur se trouvait en état d’ivresse manifeste ou était sous l’empire d’un état alcoolique caractérisé par une concentration d’alcool dans le sang ou dans l’air expiré égale ou supérieure aux taux fixés par les dispositions législatives ou réglementaires du code de la route, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par ce code et destinées à établir l’existence d’un état alcoolique ;
    3° Il résulte d’une analyse sanguine que le conducteur avait fait usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants, ou a refusé de se soumettre aux vérifications prévues par le code de la route destinées à établir s’il conduisait en ayant fait usage de stupéfiants ;
    4° Le conducteur n’était pas titulaire du permis de conduire exigé par la loi ou le règlement ou son permis avait été annulé, invalidé, suspendu ou retenu ;
    5° Le conducteur a commis un dépassement de la vitesse maximale autorisée égal ou supérieur à 50 km/h ;
    6° Le conducteur, sachant qu’il vient de causer ou d’occasionner un accident, ne s’est pas arrêté et a tenté ainsi d’échapper à la responsabilité pénale ou civile qu’il peut encourir.

  • #2

    Sylviane (mardi, 08 août 2023 09:34)

    J'espère que les gens qui ont lu le journal du 7 août 2023 voient comment ma petite sœur se bat pour obtenir la vérité, c est une guerrière et un vrai scorpion. Merci madame Majou pour cet article.
    J'espère que cet article fera bien réfléchir car cela peut arriver à n'importe qui d'entre nous.
    je t'aime, ta grande soeur Sylviane

  • #1

    Gabrielle (lundi, 07 août 2023 10:10)

    Bonjour Sandrine, je viens de lire le Progrès du jour, eh bien que dire à part que cette société est aveugle et indivudualiste, cette justice est maiprisante.
    Gardez votre force, elle vous aidera à aller jusqu'au bout.
    Bravo à la journaliste qui a écrit cet article. Vous n'êtes pas seule!
    Je vous ai trouvé une petite citation qui va vous plaire:
    "La justice est le réseau de l'araignée, qui prend les petites mouches et laisse échapper les grandes."
    Proverbe oriental
    bien affectueusement