Le 16 janvier 2019, un court extrait de ce chapitre de mon livre

Ce petit bout de ce chapitre qui se trouve dans le premier tome de mon livre qui est bel et bien terminé. Dans ce chapitre, eh bien, je parle de cette putain de journée du mercredi 16 janvier 2019, où j'ai disparu de ce monde Oui, encore vivante mais tellement déjà parti

7 secondes pour la voir... sa négligence doit être puni

livre-sandrine-barthelemy-2023-extrait-16-janvier-2019
Photo personnelle de Sandrine Barthélémy année 2023 ©

Le 16 janvier 2019

 

 Je me sens autant coupable que ce chauffeur de bus ; lui, parce qu’il n’a pas fait son travail comme il le fallait, en oubliant les bons principes de tout travail : la CONSCIENCE PROFESSIONNELLE. Bon, à lui, il ne lui reste plus de conscience, mais une mort sur la conscience qu’il va porter jusqu’à sa propre mort... Avec une énorme souffrance, je l’espère, car cela serait injuste que moi seule sois punie, car je paye cher en santé, ce drame va me tuer. Que cette négligence au Code de la route lui coûte à lui aussi la santé, que je ne sois pas la seule à payer le prix fort de ce drame.

 

En une seconde il t’a tuée, 7 secondes pourtant, il avait assez de temps pour te voir, comment a-t-il fait pour ne pas te voir ? J’ai su par un contrôleur qu’il était aussi formateur sur la ligne C3, eh bien ! je trouve qu’il n’a eu aucune conscience professionnelle ce jour-là. Et il a fait défaut à la connaissance et à l’application du Code de la route, à se demander s’il le savait. La visibilité doit être bonne, et je le répète encore une fois, c’est une des premières règles de conduite quand on conduit n’importe quel véhicule, donc les nombreuses personnes qui étaient devant côté droit n’auraient jamais dû se trouver là. Le chauffeur doit être responsable de ce qu’il transporte et de ce qu’il peut croiser sur sa route, pour pouvoir anticiper. Là, il aurait peut-être évité de te tuer, s’il avait dit à toutes ces personnes de se décaler. Ce n’est pas difficile de dire à des gens de se déplacer plus au milieu ou au fond du bus, pour qu’il puisse travailler en toute sécurité et correctement. Cette négligence va lui faire voir ton FANTÔME à vie. Car même sans une formation de Keolis à ce sujet-là, c’est bel et bien lui qui était au volant, et non son employeur.

 

Sandrine Barthélémy

©

Commentaires: 2
  • #2

    Sandy (samedi, 06 mai 2023 11:15)

    Merci Gabrielle pour votre message , oui comme je l'ai écrit dans mon livre :
    "Une conscience coupable est un ennemi vivant"

  • #1

    Gabrielle (samedi, 06 mai 2023 08:01)

    Bonjour Sandrine, oui, ce chauffeur est un terroriste de la route, car il savait ce qu'il faisait, il faut être vraiment con pour conduire à l'aveugle comme il a fait. Heureusement que je ne prends pas le TCL. Surtout n'abandonnez pas, quelle que soit la punition, il doit être puni, de toute façon, il l'est bien déjà, il ne doit pas avoir la conscience tranquille quand il sort de chez lui. Et le sera de toute façon en santé, je vous assure que le bien triomphe toujours sur le mal. C'est pareil pour cette rue piétonne qui est piétonne sur le papier, mais pas en réalité, où sont les personnes avec un cerveau en état de marche ? Cet endroit où a été mortellement tuée votre fille est vraiment un endroit accidentogène, mais là rien n'a été fait pour palier à ce manque de sécurité. Oui, il faudrait que ce soit un enfant d'un élu qui passe sous le bus et se fasse brutalement lui aussi tuer. Là, les choses se feront comme par miracle.
    Gardez espoir, et surtout ne lâchez rien, vous êtes une vraie battante, votre combat inspire. Je vous embrasse bien fort. Gabrielle