16 janvier 2020: deux textes d’insérés dans mon livre

 Oui, ces deux textes écrits dans un de mes chapitres de mon premier ouvrage.

Le reste, c'est à vous de le découvrir si cela vous dit, l'envol de mon livre

"des feutres et des allumettes"se fera un jour, soyez patient!!!

Ce jour-là arrivera, vous ne serez pas déçu, car je l'ai écrit avec beaucoup d'amour pour ma fille et aussi énormément de colère ; ce qui fait un bouquin qui ne peut pas être lu de tous. Il fait, paraît-il mal au ventre! J'ai même fait ici sur mon blog, eh bien une page et un article sur les ressentis de mes bêta-lecteurs et bêté-lectrices, ce qui donne une petite idée du contenu de mon livre.

jSandrine-et-Johanna-barthelemy
photo personnelle de Sandrine & Johanna Barthélémy ©

 Ma Johanna chérie,

Cela fait un an que l’on t’a injustement enlevé la vie, tu as perdu la vie sous les roues de ce maudit bus C3 et par la faute de ce chauffeur qui ne t’a pas vue, et tapé comme une vulgaire quille.

C’est une faute impardonnable. La vie t’a abandonnée à l’aube de tes 16 ans, tu avais tout pour être heureuse. La vie est vraiment cruelle, on ne devrait pas mourir à 15 ans et surtout pas de cette façon si violente. C’est une injustice de haut nom. C’était à toi de m’enterrer et non le contraire, tout parent sera d’accord avec moi.

Comment vivre sans toi ?

Je me sais condamnée tôt ou tard.

Sandrine

 

Maman,

 

Ma vie m’a été enlevée avec une violence inouïe et la tienne est brisée à jamais depuis ce maudit 16 janvier 2019. Ma gentille maman, je sais que depuis ce jour, tu survis, perdre un enfant est la pire des choses qu’une maman peut vivre. Les bonheurs sont finis pour toi, ma petite maman, et le mot « plus jamais » résonne dans ton cœur, dans ta tête et tout ton corps chaque jour qui s’écoule. Tu as perdu ce que tu avais de plus précieux au monde, et je sais combien tu es malheureuse sans moi. Maman, je sais que tu m’aimes et m’aimeras jusqu’à ton dernier souffle. Le lien n’est pas coupé entièrement, l’amour lui ne meurt jamais. Je n’aurai pas mes 17 ans cette année, je resterai jeune et belle pour l’éternité, tu devras compter mes anniversaires sans moi. Je sais que je prends toujours autant de place dans ta vie et dans ton cœur. Mam’s continue encore un peu, je veille sur toi et Bello. Bravo pour les combats que tu mènes pour moi, ne lâche pas ! Tu es une super maman, si l’on ne te le dit pas, eh bien, moi je te le dis. Reste bien le maître à bord sur le ring de ta vie. Boxe avec toujours autant de force et de courage, c’est comme cela que je t’aime. Un jour, nous nous retrouverons dans un monde meilleur que celui-ci, sois-en certaine ma petite maman chérie. Là où le pouvoir et l’argent n’existent pas.

 Johanna 

                                                  Barthélémy Sandrine 

                                                         ©

Commentaires: 3
  • #3

    Sandy (mardi, 25 juillet 2023 06:40)

    Merci Gabrielle pour vos commentaires sur mon blog, cela me fait plaisir... je me sens si seule.

  • #2

    Gabrielle (dimanche, 23 juillet 2023 06:45)

    Bonjour Sandrine, oh que oui, il a déjà cette prison en 3D. Avec la vue de votre fille écrasée, mutilée par son bus... Croyez-moi, il doit mal dormir et cela va bien le fatiguer sur le long terme.

    J'aime bien cette phrase que vous avez écrite: préparez-vous, oui, c'est la loi de la cause à effet, on récolte ce que l'on a semé, tôt ou tard. Et cela peut parfois revenir comme un boomerang, sans qu'on s'y attend vraiment...

    Ne vous inquiétez pas Sandrine, il va l'avoir cette cause à effet, et bien avant vous, votre fille de là où elle se trouve, va faire en sorte que lui soit bien puni par la vie.
    Oui, je suis convaincue par l'effet boomerang, et je crois à la roue qui tourne, il ne peut pas s'en sortir, sa prison en 3D comme vous l'écrivez, il va y rester jusqu'à sa propre mort. Vous vous êtes libre !
    Prenez-soin de vous.

  • #1

    Sandy (mercredi, 19 juillet 2023 07:49)

    Vous le chauffeur de bus C3 si vous lisez un jour cet écrit et tous les autres ce que je vous souhaite, eh bien jamais je ne vous pardonnerai, plutôt mourir que de vous pardonner... À vie, vous allez avoir cette mort sur la conscience ainsi que moi et ma colère, et croyez-moi, je garde et je trouve des forces pour aller jusqu’au bout de ce combat... En espérant que vous soyez bien puni par la justice ou bien par la vie avec une santé bien défaillante à tout point de vue (dépression, alcoolisme...) je ne vous ferai aucun cadeau ici-bas et ailleurs, croix bois, croix fer, si je mens, je vais en enfer... N’oubliez jamais vous vous avez tué, chaque jour vous ne devez pas sortir la conscience tranquille, la liberté pour vous, c’est fini... comment peut-on être libre en ayant tué une enfant de 16 ans, que ceci vous tue à pt feux, pourquoi il y aurait que moi qui aurais la santé détruite. Dans ma prison, je suis libre, que vous dans la vôtre, vous ne le serez JAMAIS. Peut-être vous n'aurez pas de prison physique, mais vous aurez une véritable prison en 3D dans tout votre corps et votre âme. Avec la vue de ma fille écrasée, mutilée par votre bus...
    Preparez-vous, oui, c'est la loi de la cause à effet, on récolte ce que l'on a semé, tôt ou tard. Et cela peut parfois revenir comme un boomerang, sans qu'on s'y attend vraiment...