Ma fille Johanna a été abîmée par ce choc effroyable ce 16 janvier 2019

Il m'était vraiment indispensable de partager ici dans mon blog, eh bien un petit bout de ce chapitre qui se trouve dans le premier tome de mon livre ; où je parle de l'instant où j'ai touché le corps de ma fille Johanna Barthélémy très abîmé par ce bus qui a été conduit par ce chauffeur ce maudit 16 janvier 2019. L'impact a été violent, ne lui laissant aucune chance. L'image du corps de ma fille allongé dans son cercueil est une image destructrice. J'ose espérer que ce maudit chauffeur de bus C3 a cette image dans la tête et dans tout son corps, oui ma fille morte avec de très nombreuses blessures physiques. Que cela le hante et à vie!
Et je parle aussi de ce travail que font avec une conscience professionnelle toutes les personnes qui s'occupent des défunts.

Ma Johanna, toi tu as bénéficié de soins de thanatopraxie, « soins de conservation ». C’est un ensemble de gestes mis en œuvre sur le corps d’une personne défunte en vue de nettoyer le corps, de retarder les phénomènes de la thanatomorphose. Donc avec un seul et unique but, celui de remédier à l’apparition de certaines manifestations post-mortem, ainsi de restaurer, si nécessaire, l’intégrité du corps suite à différents « traumatismes » (mort accidentelle, mort violente, autopsie…) Et bien sûr, pour finir, habiller et coiffer le défunt pour qu’il puisse recevoir la visite de ses proches. Celle où celui qui s’est occupé de toi a accompli un travail remarquable.

Car tu as été abîmée par ce choc effroyable. Oui, l’impact du bus t’a explosé l’abdomen. Personne n’a vu quoi que ce soit, hormis moi bien entendu, personne ne m’a rien dit mais j’ai eu ce réflexe de te toucher… C’était horrible, ce moment où mes mains ont touché ce qu’ils ont essayé de cacher : cette blessure que le bus t’a infligée en te percutant de plein fouet et en te roulant dessus… Tu vois, certaines personnes possèdent une vraie conscience professionnelle elles au moins. C’est la dernière image de toi que je vais garder en mémoire, jusqu’à mon dernier souffle, toi, ma fille allongée morte dans ce cercueil si froid. À vie, je suis meurtrie. C’est une certitude que plus jamais je ne te reverrai, du moins vivante.

 Sandrine Barthélémy

©

Johanna-barthélémy-photo-au-lycée-aux-Lazaristes
photo personnelle de Johanna Barthélémy ©
Commentaires: 2
  • #2

    Sandy (jeudi, 09 mai 2024 06:43)

    Toi qui lis ce commentaire, je te le redis que bientôt mon livre va enfin sortir pour de bon, sois patient ou patiente, car c’est là où je suis forte, je peux parler moi… tout y est réellement consigné dedans. Toi qui lis ce commentaire, eh bien si tu lis mon livre un jour, crois-moi tu vas en apprendre des choses. Sur keolis, la justice, les assurances et les autres qui se croient tous protégés d'un drame... Mes écrits, je suis certaine qu'ils serviront. De mon drame au moins, j'aurais fait quelque chose.
    En ce 9 mai 2024, je suis toujours dans l’attente, pendant que ce maudit chauffeur continu sa vie sans avoir été puni par la justice… et il y a quelques semaines, il a même fait une compétition sportive de boxe et se montre encore sur le Net et Le Progrès. Moi, quand je suis sur Le Progrès c’est pour mon combat, lui, c'est pour son plaisir ; il n’y a pas un truc qui ne va pas là ???
    Mais je crois au Karma, moi !

  • #1

    Sandy (samedi, 07 janvier 2023 08:14)

    Toi qui me lis si tu es d'humeur à me laisser un commentaire, fais-le!
    Cela fait du bien quand on vient me féliciter sur mon travail. En parlant de travail, ce week-end je vais avancer ma relecture de mon livre, pour re-vérification complète. 2023 sera son vrai envol, vers quoi je ne le sais pas, mais il touchera forcément le coeur de certaines personnes. Faut l'espérer, cela vaudra dire qu'il y reste encore de vrais êtres humains sur cette terre qui se meurt et qui n'est gouverné que par le pouvoir et l'argent.